Partager:

Racontez-nous Dan WEISSKOPF !

07 déc 2017 Interview

Après plusieurs saisons en Nationale League, comment ressens-tu le fait de devoir jouer en Swiss League ?

Avant tout, c’est une question de rôle. En Nationale League, j’étais un défenseur de 3ème bloc et n’était aligné que sporadiquement en power-play. En Swiss League, j’ai un rôle plus important qui me permet de mieux démontrer que j’ai des qualités à faire valoir.

La Nationale League reste pourtant un but ?

Bien sûr ! Quand tu es un sportif, tu vises toujours vers le haut. Mais je me concentre à 100 % sur le HCC. Ceci dit et comme je me plais beaucoup à La Chaux-de-Fonds, je n’ai absolument rien contre le fait de poursuivre l’aventure ici.

Quand on regarde tes statistiques, on voit qu’étant jeune, tu étais un compteur redoutable, tant à Bienne qu’à Lausanne. Depuis ton passage en Ligue nationale, tu es plutôt un défenseur défensif. Quel rôle te convient le mieux en finalité ?

Je me définis comme un défenseur offensif à la base. Cependant, il faut aussi respecter et appliquer le choix de l’entraîneur. En Nationale League, mon rôle était certes plus défensif, mais c’est aussi le contexte qui le voulait puisque les équipes comme Rapperswil ou Langnau jouaient plutôt dans le bas du classement et qu’il fallait avant tout se concentrer sur le jeu défensif.

Si je te dis que tu as un bon shoot mais que tu ne tires pas assez au but, que réponds-tu ?

Que tu as tout à fait raison. J’essaie toujours de faire la passe à un coéquipier que j’estime mieux placé, mais il arrive aussi que je regrette de l’avoir fait. En fait, je suis peut-être trop altruiste et je devrais plus souvent prendre ma chance de la ligne bleue.

Quand on regarde le power-play, on constate qu’il y a plusieurs schémas. Peux-tu en dire plus ?

On cherche surtout à varier les possibilités de jeu en fonction de l’adversaire. Le visionnage des vidéos nous permet d’adapter notre style en fonction de ce dernier. Mais si nous le faisons, il est clair aussi que l’adversaire va aussi regarder des vidéos pour contrer nos schémas. Ce qui marche bien pendant deux ou trois matchs ne va pas nécessairement fonctionner le match d’après. 

Avec les prochains retours de Erb, Eigenmann et Zubler, la concurrence va être chaude. Pression ou stimulation ?

De la stimulation à 100 %. Une concurrence saine va pousser chacun à se donner à fond lors des entraînements et naturellement des matchs. C’est une situation que j’apprécie.