Partager:

Racontez-nous Arnaud Schnegg !

03 oct 2018 Interview

Les HCC élites B du HCC connaissent en ce début de saison un départ tonitruant (1er après 5 matchs) alors que ces 2 dernières saisons, c’était un combat avec la barre.  Qu’est-ce qui a fondamentalement changé ?
Nous nous sommes renforcés au niveau des gardiens et pour l’instant nous avons un très bon esprit d’équipe. Ceci dit, nous sommes qu’au début de la saison et nous savons que tout peut changer rapidement en hockey sur glace.

Tu es même en tête du classement des compteurs de la catégorie et le HCC compte 3 joueurs (avec Karim Bouchareb et Ludovic Voirol) dans le Top-5. Les statistiques sont-elles un élément important à tes yeux ?
Être dans les premiers du classement avec Karim et Ludovic fait plaisir surtout que nous jouons dans la même ligne. Concernant les statistiques j’essaie de pas trop m’axer dessus même si je sais que c’est la première chose que les gens regardent.

Tu fais partie du cadre élargi et as pu jouer de temps à autre en préparation avec la première équipe. Jouer durablement pour le HCC est-il un objectif ou espère-tu plus ?
Dans un premier temps, j’aimerais déjà être titulaire au HCC. Si par la suite une occasion se présente pour jouer à un plus haut niveau pourquoi pas.

Ton père  Jean-Luc a fait les beaux jours du HCC avec une ascension en LNA à la clé en 1996. Tu n’étais pas né à l’époque, mais est-ce un sujet de discussion en famille ?
Non pas spécialement, j’en entends surtout parler dans mon entourage.

Ce soir, le HCC joue contre Zoug Academy, club-ferme, avec GCK Lions, Ticino Rockets et peut-être Sierre bientôt. Si un de ces clubs t’offrent une possibilité dans le futur, tu signes ou tu préfères les clubs traditionnels ? 
Mon but c’est de m’imposer avec le HCC, mais pour moi il n’y a pas une grande différence.

Qui sont tes modèles/idoles ?
Dans le hockey j’ai toujours aimé Alex Ovechkin. Dans le sport en général c'est  Roger Federer avec sa carrière exemplaire.

Que fais-tu dans la vie, en-dehors du hockey ?
Pendant la courte période sans hockey, je profite de faire des choses avec ma famille ou mes amis.