Partager:

Une victoire longue à se dessiner mais bien méritée

17 déc 2019 Résumé

Le HCC a couru après le score pendant la moitié du match mardi face à Winterthour, et pourtant il n’a jamais véritablement tremblé. Il s’impose 5 à 2, grâce à deux buts marqués dans la cage vide mais aussi grâce à une performance globalement nettement supérieure à celle de son adversaire du soir.

Avant la pause, le HCC a sorti la tête de l’eau, cela ne signifie pas qu’il soit guéri, mais la convalescence est en bonne voie. Malgré le premier but encaissé, quand Tim Coffman s’est fait chiper la rondelle à la ligne bleue et a regardé Kevin Bozon filer ouvrir le score (4e). À peine plus tard, les Zurichois s’offraient une deuxième grosse occasion, à deux contre zéro, mais Matteo Ritz captait l’essai de la mitaine (5e). Lou Bogdanoff était le premier chaux-de-fonnier à créer un véritable danger en tentant un tir direct depuis le slot amis son envoi passait nettement au-dessus (8e). Dans l’enchaînement, Philipp Alhström tentait deux fois sa chance depuis la ligne bleue, sans succès (9e).

Sur la première pénalité infligée à Winterthour, les Abeilles avaient plusieurs fois l’occasion d’égaliser, par Gaëtan Augsburger d’abord (9e), puis Frédéric Iglesias et enfin Brett Cameron (10e). Si les Zurichois gardaient leur avantage, le HCC prenait peu à peu l’ascendant sur la partie. L’engagement finissait par payer et Tim Coffman remettait les pendules à l’heure un tir du poignet ravageur, sur un très joli service de Samuel Grezet qui permettait au topscorer de se mettre totalement sur orbite (14e). Une réussite qui ne rétablissait l’équité que pour un temps. Sur une offensive zurichoise, Matteo Ritz renvoyait le puck devant lui sur un tir de Marcel Raggi. Jari Allevi avait bien suivi et inscrivait le 2e pour ses couleurs (17e).

En entamant la 2e période en supériorité, le HCC pouvait espérer revenir. Il passait pourtant tout près du code. Riley Brace se retrouvait seul face à Matteo Ritz en contre après un changement hasardeux et un télescopage entre deux Chaux-de-Fonniers (21e). S’ensuivaient de longues minutes au cours desquelles les deux équipes jouaient au chat et la souris de part et d’autre de la patinoire, sans soulever les passions. Jusque ce qu’Arnaud Jaquet n’offre un caviar à Alain Miéville, qui se retrouvait tout seul, dans le dos d’une défense zurichoise médusée. Le portier Tim Guggisberg n’avait aucune chance (31e).

Les Chaux-de-Fonniers ne laissaient pas le temps à leurs adversaires de se remettre. Moins de trois minutes plus tard, Samuel Grezet donnait pour la première fois l’avantage à ses couleurs (34e). Un but que les arbitres allaient valider à la vidéo en raison d’une suspicion d’obstruction sur le gardien mais qui était validé, malgré un surnombre sur l’action qui a mené au goal. Daniel Carbis aurait pu enfoncer le match sur l’engagement suivant mais Tim Guggisberg captait son envoi de la poche (34e). C’était ensuite au tour de Konstantin Schmidt de tenter sa chance, sans plus de succès (36e). À l’heure du 2e thé, e HCC conservait une toute petite longueur d’avance.

Les Abeilles auraient pu se mettre rapidement à l’abri mais ne trouvaient pas la faille. Makai Holdener et Ramon Tanner rataient une belle occasion à 4 contre 4 (46e), puis c’était au tour d’Adam Hasani d’avoir le 4e au bout de la rondelle (48e), au lieu de quoi il se retrouvait assis à califourchon sur le dos du gardien adverse. Les secondes s’écoulaient sans que les Zurichois ne semblent en mesure de revenir, mais toujours avec la plus petite des marges. Brett Cameron et Ramon Tanner auraient pu classer l’affaire l’un après l’autre mais le missile du premier depuis le centre de la bleue et l’essai du second ne trompaient pas le dernier rempart zurichois (37e).

Plutôt sereines jusque-là, les Abeilles se faisaient quelques frayeurs en supériorité numérique en fin de match, en laissant beaucoup trop d’espace à leurs adversaires. A l’inverse, avec un joueur de moins sur la glace après la sortie de Tim Guggisberg, les hommes de Loïc Burkhalter maintenaient tranquillement les Zurichois dans leur zone, avant d’inscrire le 4e dans la cage vide. Ce n’était pas terminé et Alain Miéville scellait le score à deux secondes du coup de sirène finale. Un score qui reflétait un peu plus la physionomie de la rencontre. /mwi

 

La Chaux-de-Fonds – Winterthour 5-2 (1-2 2-0 2-0)

Les Mélèzes : 1807 spectateurs.
Arbitres : MM. Fluri, Potocan, Micheli et Huguet.
Pénalités : 2 x 2’ (Hasani, Coffman) contre La Chaux-de-Fonds. 5 x 2’(Küng (2x), Guerra, Monnet, Bozon) contre Winterthour.
Buts : 4e Bozon 0-1. 14e Coffman (Grezet) 1-1. 17e Allevi (Raggi) 1-2. 31e Miéville (Jaquet) 2-2. 34e Grezet (Cameron) 3-2. 60e (59’31’’) Jaquet (Coffman, dans la cage vide) 4-2. 60e (59’58’’) Miéville (Kühni, dans la cage vide) 5-2.
La Chaux-de-Fonds : Ritz, Jaquet, Zubler, Iglesias, Kühni, Ahlström, Barbero, Hofmann, Carbis, Coffmann, Grezet, Schmidt, Tanner, Cameron, Hasani, Miéville, Bogdanoff, Dubois, Augsburger, Holdener, Karaffa.
Winterthour : Guggisberg, Küng, Bachofner, Roos, Schmutz, Pozzorini, Raggi, Guerra, Blaser, Brace, Torquato, Wieser, Bozon, Brunner, Monnet, Bleiker, Mason, Zahner, Hess, Alihodzic, Allevi.
Notes : La Chaux-de-Fonds joue sans Voirol, Bays, Wetzel (blessés), Mathis, Wollgast (malades) ni Fontana (surnuméraire). Winterthour joue sans Diem, Sluka, Kobach, Lazarevs, Homberger (blessés), Hänggi, Sigg ni Forrer (surnuméraires). Winterthour joue sans gardien de 59’05’’ à 59’31’’ et de 59’40’’ à 59’58’’. Grezet et Allevi sont élus meilleur joueur de chaque équipe.