Partager:

LES MOTS DE PASCAL MOESCH

08 oct 2016 Editos

Pascal Moesch, présentez-vous en quelques mots ?

Avocat associé de l’Etude Athemis qui regroupe des notaires, des avocats et des experts fiscaux, domicilié et né à La Chaux-de-Fonds, marié à Fabienne, qui a été très impliquée dans la vie du club et qui reste une grande fan du HCC.

 

Quel est votre rôle au sein du C.A. ou pourquoi l’avoir rejoint ?

Partisan du club depuis gamin, mais ne sachant pas patiner, j’ai participé à la création en 2000 de la société anonyme du HCC et ai toujours été proche du club depuis lors. J’ai ainsi rejoint formellement  le conseil d’administration du club en 2008 où je m’occupe spécifiquement des questions juridiques. Très attaché à notre région, j’ai souhaité soutenir le HCC qui représente le principal club sportif qui permet de parler positivement de notre coin de pays. Un tel club est un magnifique vecteur de cohésion et d’intégration sociales.

 

Pour vous le HCC c’est …

Un véritable ballon d’oxygène.

 

Vous êtes au CA (conseiller, puis membre) depuis 2000. La fibre est-elle intacte ?

Certainement, dans la mesure où je peux modestement redonner au HCC une petite partie de ce qu’il m’a apporté.

 

En tant que tenant de la mémoire du club, un bon souvenir à évoquer ?

Plutôt qu’un bon souvenir, un vibrant hommage à tous les membres du comité qui ont fait vivre ce club durant ces dernières années, et qui continuent de le faire,  en pensant tout particulièrement à Claude Monbaron, Willy Battiaz et Pierre-André Bozzo, puis Marius Meijer, Rodolphe Cattin et Marc-André Oltramare, sans oublier l’équipe actuelle composée de Alain Dubois, Stéphane Fasel, Eric Nagels, Joris Engisch et Gérard Scheidegger que j’ai, et ai eu, l’honneur de connaître personnellement et d’accompagner dans la vie quotidienne d’un club tel que le HCC. Je ne voudrais pas omettre de remercier tous ceux qui le soutiennent de près ou de loin.

 

Et un mauvais souvenir, tant qu’on y est ?

J’ai une certaine capacité à oublier les mauvais souvenirs.

 

Après les années de reconstruction et de consolidation, la nouvelle équipe a donné un gros coup d’accélérateur, ça motive, non ?

Rien n’est jamais acquis, mais il est vrai que la dynamique actuelle est encourageante. Que vive encore longtemps le HCC parce que « LA TCHAUX, C’EST NOUS ! »

 

Pascal Moesch

Membre du Conseil d’Administration    

 

Propos recueillis par Jean Dreier