Partager:

LES MOTS DE Joris Engisch

15 oct 2016 Editos

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Joris Engisch, 38 ans originaire et travaillant à La Chaux-de-Fonds, marié, 3 enfants, propriétaire de la société Jean SINGER & Cie SA.

 

Quel est votre fonction au C.A, comment et pourquoi l’avoir rejoint ?

Membre du C.A depuis cette année, fraîchement élu lors de la dernière assemblée générale, comme chacun des membres, j’apporte mes idées, mes points de vue et j’aide le conseil dans la tâche la plus ardue qui est la recherche de fonds. Deux membres du conseil d’administration dont notre Président Alain Dubois sont des amis. Lorsqu’ils m’ont proposé d’intégrer le conseil d’administration je n’ai pu refuser leur demande. En effet, c’est pour moi un honneur que de pouvoir intégrer l’organe dirigeant de ce club dont l’histoire est l’image même de notre ville dont le passé glorieux et j’espère futur a résonné dans toute la Suisse. J’ai personnellement beaucoup de respect pour toutes les personnes qui s’engagent bénévolement en donnant de leur temps libre pour le bien d’un club, d’une société ou d’une association. Faire partie du C.A. c’est aussi une manière de rendre à La Chaux-de-Fonds ce que cette ville m’a donné.

 

Pour moi le HCC, c’est …

Du bonheur, des émotions et des souvenirs mémorables ! Je me souviendrai toute ma vie de l’ascension du HCC en ligue A en 1996, j’étais encore au lycée Blaise-Cendrars à cette époque. Ne le dites pas à mes parents, mais nous buvions encore des bières le lendemain matin en classe !

 

Le HCC, une entreprise comme une autre ?

Résumé simplement, les employés sont les joueurs, les clients le public (sans oublier les sponsors et les généreux donateurs sans qui le HCC n’existerait pas !). Contrairement à mon activité industrielle pour laquelle je me bats tous les jours afin que mes clients soient satisfaits par la qualité technique et esthétique des composants que nous vendons, l’entreprise HCC n’a pas de pièce à vendre mais du bonheur et des émotions à transmettre. En donnant de son temps pour essayer de créer une équipe qui gagne c’est en quelque sorte offrir du bonheur aux gens dont le quotidien n’est probablement pas tous les jours facile et cette idée-là me plaît particulièrement. De mon point de vue le C.A remplit sa mission si le public a du plaisir à venir au match et surtout y revient ! En finalité, aussi étonnant que cela puisse l’être, la gestion d’un club sportif est assez semblable à la gestion d’une entreprise industrielle. Avec la grande différence que la sanction se fait lors de chaque match adrénaline comprise !

 

Le slogan «La Tchaux, c’est Nous !» a remplacé le «N’oublie pas d’où tu viens», votre sentiment sur ce changement ?

La ville de La Chaux-de-Fonds et ses habitants les Chaux-de-Fonniers sont chaleureux et attachants, j’ai chaque jour du plaisir à venir ici pour y travailler et y passer de bons moments. «La T’chaux c’est Nous!» a pour moi une connotation familiale qui colle bien cette mentalité des gens du Haut. Même si je n’y vis plus aujourd’hui, La Chaux-de-Fonds c’est la ville où j’ai grandi et j’y suis très attaché.

 

 

 

Joris Engisch

Membre du Conseil d’Administration    

 

Propos recueillis par Jean Dreier