Partager:

La parole à Chantal Emmenegger

02 Jan 2017 Editos

La buvette et rien d’autre 

Il y a près de trente ans que j’ai commencé a travaillé à la Buvette des Juniors. Au départ, je donnais un coup de main avec mon mari, puisque les enfants jouaient au HCC. C’est donc une affaire de famille, comme beaucoup de bénévoles dans le club. Il y a environ vingt ans que j’ai pris la responsabilité de ce haut lieu d’après-match. Depuis quelques années, je peux aussi m’appuyer sur le précieux Frédéric Chapatte et son épouse Véronique pour l’organisation.

Une équipe fidèle et soudée

Ce sont douze personnes qui sont engagées à chaque match de 18H00 à pratiquement 01H00. Nous essayons d’instaurer un tournus parmi une trentaine de personnes qui font partie de l’équipe, dont certaines depuis le début de l’aventure. Je tiens à souligner que nous sommes totalement bénévoles.  Je voudrais d’ailleurs en profiter pour les remercier très chaleureusement pour leur investissement et leur bonne humeur permanente.

Autres manifestations

Depuis cette année, j’ai repris l’organisation de la buvette qui est située au Collège Numa-Droz durant la Trotteuse-Tissot. J’ai pu constater que c’est aussi un travail énorme que de mettre cela en place. Mon équipe est aussi à disposition des autres manifestations externes, qui sont organisées sous la férule de Gilbert Tschanz (braderie, lotos, promos ou autres) ou du Mouvement Juniors (étape du tour du Canton).

Quelle est la recette du thé-rhum ?

C’est un breuvage qui est connu loin à la ronde effectivement. Si en période estivale, nous vendons l’équivalent d’une douzaine de fûts de bière (un fût équivaut à soixante bières), lorsque le froid revient, nous consommons entre trente et quarante litres de rhum par match. La recette en elle-même est simple (thé, sucre, cannelle et rhum), mais ce qui fait son secret, c’est la générosité qui caractérise le Chaux-de-Fonnier.

Un bon souvenir et un mauvais ?

Indéniablement la montée en Ligue A durant la saison 1995/96. Nous avions ouvert la buvette jusqu’à 6 heures du matin et avions terminé par manger les croissants en ville. Les mauvais souvenirs passent avec le temps mais l’élimination sans gloire de la saison dernière me reste encore en-travers de la gorge.

Des souhaits pour cette saison

Je souhaite sincèrement que l’équipe aille le plus loin possible, et pas uniquement pour le bien de la caisse de la Buvette.

 

 

Chantal Emmenegger

Responsable de la Buvette des Juniors

Propos recueillis par Jean Dreier