Partager:

La parole à Michel Henry

14 mar 2017 Editos

Mon rôle HCC 

C’est ma dix-neuvième saison en tant que bénévole au HC La Chaux-de-Fonds. Durant dix-huit ans j’ai œuvré comme Responsable de presse, tout en ayant le rôle de photographe officiel. Cette saison, j’ai laissé ma place à Luca Bonnet pour ne me consacrer qu’à la photographie, une vraie passion.

Le rôle de Chef de presse

Il s’agit de réceptionner toutes les demandes d’accréditations qui nous parviennent à l’occasion des matchs, puis de procéder à la répartition des places de travail pour tout le monde. Avant les matchs, il faut préparer la salle de presse et aller chercher les informations concernant la composition du HCC et les évènements particuliers qui peuvent se dérouler avant et durant la rencontre tels que les joueurs qui fêtent un certain nombre de matchs en Ligue nationale, les dons, les animations, etc. Après les matchs, il faut aussi veiller à ce que les personnes sollicitées par la presse soient présentes pour les journalistes.

Des photos en veux-tu en voilà

Entre la première équipe, les élites, le HCC Féminin et le Mouvement junior, j’ai suivi cette saison près de soixante matchs. Et je ne tiens pas compte des rencontres de première et deuxième ligue que je couvre aussi. Durant une rencontre, je prends environ 450 photos. Rien que pour le HCC, cela représente donc près de 25’000 clichés.

Photographe, un métier à risques ?

Durant ma carrière, j’ai dû prendre entre dix et quinze pucks. Mais je n’ai jamais eu de blessure, juste quelques hématomes fort heureusement. Pour prendre de bonnes photos, il faut parfois s’exposer mais il est hors de question de porter un casque, car cela me gêne pour travailler. Je me souviens aussi d’avoir pris un coup de canne d’Eric Bourquin lors d’un match à Ajoie. Cette saison, j’ai évité de justesse un tir de Michael Neininger à St-Imier, j’ai d’ailleurs un cliché du départ du shoot avant de baisser la tête.

Pour moi le HCC, c’est.. ?

Une famille sur laquelle j’ai pu compter dans certains mauvais moments. Certes, comme dans toutes les familles, il y a des hauts et des bas. Les Mélèzes, c’est devenu ma deuxième maison, mais comme beaucoup de bénévoles je suppose.

Des bons souvenirs

Il est clair que la demi-finale contre Lausanne durant la saison 2008/09 restera gravée dans ma mémoire. Mais il y a aussi le titre de champion suisse élite B de la saison dernière.

 

 

Michel Henry

Photographe officiel

Propos recueillis par Jean Dreier