Partager:

Une victoire pour commencer 2019

02 Jan 2019 Résumé

Le HCC a assuré l’essentiel pour son premier match de l’année mercredi soir. Face à une équipe de Winterthur aux possibilités limitées, les hommes de Serge Pelletier se sont imposés 3 à 1, sans trembler, mais sans briller non plus.

On peut dominer outrageusement une rencontre et ne pas parvenir à se montrer réellement dangereux devant la cage adverse. Le HCC l’a démontré pendant le premier tiers-temps. Certes, les Abeilles ont posé leur baluchon dans la zone de défense adverse et n’ont laissé que quelques miettes d’espace à Winterthur, mais sans jamais donner l’impression d’être sur le point de trouver la faille. Les Zurichois n’ont guère eu que trois tirs cadrés pendant les dix minutes initiales. Et pourtant, ce sont bien eux qui ont ouvert le score, d’un but d’Anton Ranov (12e).

L’avantage des Alémaniques n’était pas destiné à durer. La première grosse alerte venait d’un puissant tir de Kevin Kühni que Dominic Hobi déviait sur le poteau. Ce n’était que partie remise. Quelques secondes plus tard, Timothy Coffman crucifiait Tim Guggisberg d’un tir ras terre(16e). En toute fin de période, en power play, les Zurichois s’offraient une grosse occasion de reprendre les devants, mais Tim Wolf d’abord, puis ses défenseurs, écartaient le danger.

À la reprise, le HCC terminait sa période d’infériorité sans dommage, avant de prendre les devants lors de sa première supériorité numérique par l’intermédiaire de David Stämpfli, servi par Daniel Carbis (24e). Winterthur galvaudait plusieurs occasions de revenir, les attaquants étant très fébriles au moment de conclure. Tim Coffman aurait pu augmenter la marque sur penalty à la suite d’une faute de Guerra sur Jaison Dubois, mais son essai s’arrêtait sur la jambière du portier zurichois (32e).

La troisième réussite chaux-de-fonnière ne tardait toutefois pas. Œuvre de Brett Cameron, elle n’aurait pas été reniée par un joueur de billard, tant la rondelle a tapé les montants avant de finir au bon endroit (34e). La réussite à un contre zéro n’était pas du côté du Canadien puisqu’en box play, il récupérait la rondelle à l’entrée de la zone pour aller affronter seul Tim Guggisberg qui s’en sortait une fois de plus à son avantage (37e).

Avec deux longueurs d’avance et un adversaire aux moyens limités, le HCC ne semblait pas en danger à l’appel du dernier tiers-temps. Mais il convenait tout de même de ne pas baisser la garde. Tim Wolf était d’ailleurs bien à son affaire quand Anton Ranov se présentait seul face à lui et le fusillait presque à bout portant (48e).

Alors que Samuel Grezet purgeait une double pénalité, Brett Cameron et Tim Coffman s’offraient une belle occasion en contre (50e). Le Canadien devait sauter comme un cabri pour éviter d’assommer Tim Guggisberg. Le portier zurichois se retrouvait en effet couché à son deuxième poteau, sans son casque, au terme de l’action.

Les pénalités sifflées en fin de rencontre et la sortie du gardien de Winterthur ne changeaient rien. Le HCC avait assuré sa victoire. La première de 2019. /mwi

La Chaux-de-Fonds – Winterthur 3-1 (1-1 2-0 0-0)

Les Mélèzes : 1877 spectateurs.
Arbitres : MM. Gäumann, Burgy et Micheli.
Pénalités : 7 x 2’ (Coffman (3x), Dubois, Carbis, Grezet (2x)) contre La Chaux-de-Fonds. 5 x 2’ (Bozon, Blaser, Keller, Küng, Guerra) contre Winterthur.
Buts : 12e Ranov (Nigro, Wieser) 0-1. 16e Coffman (Hobi, Carbis) 1-1. 24e Stämpfli (Carbis, Kiss, à 5 contre 4) 2-1. 34e Cameron 3-1.
La Chaux-de-Fonds : Wolf, Ahlström, Zubler, Stämpfli, Kühni, Hofmann, Lüthi, Prysi, Voirol, Carbis, Coffman, Hobi, Hasani, Miéville, Cameron, Schnegg, Kiss, Augsburger, Grezet, Wetzel, Dubois.
Winterthur : Guggisberg, Kobach, Molina, Küng, Guerra, Schmutz, Blaser, Pozzorini, Allevi, Gomes, Homberger, Hess, Wieser, Nigro, Ranov, Bozon, Keller, Staiger, Roos, Alihodzic, Schmidli.
Notes : La Chaux-de-Fonds joue sans Weder, Jaquet, Guebey, Bonnet, Wollgast, Erb (blessés) ni Tanner (équipe suisse M20). Winterthur au complet. Déviation de Hobi sur le poteau (16e). Tir sur le poteau de Homberger (17e). Malade, Miéville ne réapparaît plus. Temps mort pour Winterthur (59’34’’). Winterthur joue sans gardien de 59’34’’ à 60’00’’. Cameron et Ranov sont élus meilleur joueur de chaque équipe.