Partager:

Dites-nous Dominique GINDRAUX

08 oct 2017 Editos

Depuis le départ de Ophélia Disly-Jeanneret en fin de saison dernière, le HCC a confié sa préparation physique à Dominique Gindraux. Faisons connaissance avec ce professeur de sport diplômé de 48 ans, enfant de La Chaux-de-Fonds, habitant Savagnier, et qui n’est en fait pas tout à fait un inconnu aux Mélèzes.

Présentation

Je connais effectivement la maison pour m’être occupé de la préparation physique de l’équipe de 1994 à 2002. J’ai donc vécu les deux dernières ascensions en National League. Parallèlement, je me suis également occupé des Juniors Élites et des novices de 1998 à 2001. J’ai également pu intégrer le staff de l’équipe nationale, entraînée alors par Simon Schenk, de 1996 à 1997, pour la préparation des JO de Nagano. Je me suis occupé du HC Bienne durant la saison 2002/03 avant de prendre une pause et de me concentrer sur la préparation individuelle de sportifs d’élite, comme par exemple Mellie Francon.

Je connaissais Alex Reinhard alors qu’il accomplissait son école de recrue à Macolin, avec les sportifs d’élite. J’ai donc accepté, bien volontiers, sa proposition de collaboration.

Le rôle du préparateur d'avant-saison

En fait, on travaille principalement sur deux axes. En premier lieu, on se concerte sur la préparation, afin d'amener l’équipe à un niveau physique permettant d’aborder la saison de la meilleure manière. C’est ainsi qu’on conserve les points forts de l’équipe tout en essayant d’améliorer les points faibles. Le deuxième axe touche à la prophylaxie, à savoir la prévention des blessures car il est bien évident qu’un joueur blessé ne sert à rien. Je sers également de personne-ressource pour les jeunes qui n’ont pas toujours conscience de l’importance de la préparation physique.

...Et durant la saison

Aux deux axes mentionnés précédemment, il faut ajouter un axe de récupération. Je suis surtout à l’écoute des besoins d’Alex (Reinhard) qui me demande de privilégier certains aspects ou rappels pour un travail de force ou de vitesse. Le travail de prévention reste important, même si je ne peux pas prévoir les blessures telle qu'une fracture, par exemple. Je m’occupe également des blessés en leur fournissant un programme adapté en fonction de la nature de leur blessure.   

 

Dominique Gindraux

Préparateur physique

 

Propos recueillis par Jean Dreier